Chercher
Sélectionner la rubrique:




Chercher par titre:




Chronique : Messieurs, il faut sauver la presse Française ! (prélude)

Arnaques, fraîcheur et propreté - Par - 14 Aout 2009 20:35:57

Aujourd'hui, nous vous proposons d'analyser "Joypad Hors Série - Retro Game 5", mais d'abord, une petite introduction.

En France, on est doués dans certains trucs insignifiants, comme se ridiculiser, faire semblant d'être super intelligent, être aussi sympathique qu'une porte de prison (française), assurer des services pourris, mais aussi, et c'est ce qui nous intéresse aujourd'hui : se lamenter.

Exemples récents :

- Mon dieu, les disquaires ils ont crevé, c'est la faute des iPod et d'internet, c'était mieux avant quand je prenais le bus pendant quatre heures pour aller acheter mon CD des Rolling Stones, il y avait un contact humain...

- Mon Dieu, les librairies sont en train de crever, pauvres gentils libraires, si compétents, si experts, gardant leurs rayons si bien rangés, on se demande vraiment pourquoi les gens ils oublient le contact humain, le fait de pouvoir discuter à la caisse avec un professionnel vaut cent fois (au moins) l'action de commander un livre sur amazon...

- Mon Dieu, mais Micromania et Scoregames vont crever avec la PSPGo, pauvres petits artisans du jeu vidéo, poussés à la famine et à la maladie par tous ces gens froids qui préfèrent commander sur alapage. Évidemment que les prix sont plus chers en boutiques, mais le contact humain ne le justifie-t-il pas ?

En général, ce genre de phénomènes aboutit sur une conférence de Christine Albanel (enfin plus vraiment, Christine revient, anéfé tu nous manques), qui nous explique solennellement, que "Françaises Français, la France s'engage à sauver la culture" et puis au final on a une loi inapplicable, et au bout de deux mois plus personne n'en a rien à foutre et même les débiles de la matinale de Canal + ne feront plus de chroniques nostalgiques sur le sujet.

Malheureusement, bien caché, il reste encore un secteur qui n'accepte pas la mort : la presse écrite française. Telerama, les Inrocks, Super Picsou Géant (complètement inutile depuis que la rédaction a retiré Couac!) et autres, tous les jours on leur dit qu'on préférerait aller voir Ricky plutôt que de lire leurs torchons, et pourtant non, ils n'acceptent pas de crever. Ils s'exilent sur internet ou ailleurs, meilleur moyen de continuer à brasser du vent sans avoir la pression du succès.



Le rédacteur français parisien moyen, remarquez ses bras désarticulés à force d'écrire n'importe quoi


Pire encore que la presse écrite française, il y a la presse vidéo ludique Française. La presse vidéo ludique internationale, c'est une sorte de vaste blague, illisible, corrompue, endoctrinée aux communiqués de presse Nintendo, et surtout couille molle. Mais la presse française, alors elle, est tout simplement hors concours. Son histoire est tellement courte et honteuse que je peux la résumer en quelques lignes :

Il y a au moins cent ans, il existait un magazine du nom de de Tilt. Tout le monde a oublié à quoi ça ressemblait, mais au bout d'un moment "a new challenger appears", il s'appelait Joystick, mais ça aussi on s'en tape. Le truc intéressant c'est qu'un certain Alain Huyghues Lacour, travaillant alors dans la musique, s'invita dans ce magnifique secteur. Quand on lui demanda combien de temps il comptait rester, il répondit "Yo je sais pas, un millénaire, au moins".



Des sujets travaillés et intéressants


Console +, Joypad, le magazine officiel Nintendo, tous portaient sa marque reconnaissable à plusieurs kilomètres : le néant absolu de la critique. Le plus mauvais jeu du monde avait, généralement, 90% (les fameuses notes en pourcentage, quel génie. Quelle différence de qualité entre un jeu à 94% et un autre à 95% ? Personne ne saurait le dire). Rédacteurs à la culture abyssale, humour à trois francs, papiers de deux paragraphes avec les vieux poncifs répétés jusqu'à que mort s'en suive (la grand'messe du jeu vidéo ! un gameplay aux petits oignons !), c'était l'horreur.

Aujourd'hui, AHL aime bien Gamekult.com, mais n'aime pas trop qu'on critique la Wii. Citations choisies (interview sur Zeplayer, datant de 2008) :

a écrit :
Mais Nintendo est un artisan, et propose ce que l'on a coutume d'appeler la Nintendo différence et c'est payant.


a écrit :
Je resterai toujours un fan de Nintendo car j’adhère totalement à leur stratégie qui est orientée exclusivement vers le jeu alors que d’autres semblent faire une console principalement pour vendre un nouveau standard DVD, si vous voyez de qui je veux parler.


a écrit :
Maintenant la 360 propose des jeux formidables. Le catalogue est meilleur grâce aux exclusivités.


a écrit :
Un jeu comme Bioshock par exemple est incontournable. C'est en ce sens que je me retrouve plus sur la console de Microsoft. Si tu la couples avec une partie de Mario Galaxy sur Wii c'est carrément le bonheur.


Au bout d'un moment, Future sort Console Max, heureusement il y avait Arnosan dedans, bon c'était un de ces geeks qui habitaient dans les sous sols de Akihabara, mais il a tabassé tout le secteur avec son petit orteil (10/20 à Mario Sunshine !) alors il mérite nos applaudissements.

Ensuite, il y a Joypad, comprenant une équipe qu'on retrouve aujourd'hui sur Gameblog, (ce qui peut vous donner une idée de la qualité du magazine) qui s'est fait racheter par le grand méchant Future. Ils ont pensé qu'ils pouvaient tenter tout seuls, sans avoir une connaissance en gestion, de lancer un énième torchon sur les jeux vidéo, mais cette fois ci avec un design léché aux petits oignons, se traduisant par des pages à 60% -peut-être un coup de AHL- vides. Au bout de six numéros, personne n'en avait rien à cirer, et ils ont brusquement arrêté, avec en gros titre GAMING OVER (more like Gaming Over Deg, amirite ?) NO FUTURE (on ressentait alors la deg attitude comme si c'était notre propre sueur qui coulait), mais pas sans avoir donné un 9/10 à Sword of Mana, un 8/10 à Metal Gear Solid Twin Snakes, et à Final Fantasy Crystal Chronicles. Remarquons aussi, en fin de tome, des photos de l'équipe en boxers. En érection, aussi. Pourquoi ? Le mystère reste entier.

Un jour, Future a pété les plombs et a racheté toutes les rédactions françaises, et a transformé Console +, Joypad et autres en clones de Gaming, pour pousser la blague un peu plus loin. Ils ont fait très fort, parce que maintenant les articles sont encore plus pourris qu'il y a dix ans.



Quand la direction Future pousse le délire un peu trop loin


Résultat tous les rédacteurs sont allés se réfugier sur Gamekult, mais Future a mis les couilles sur la table, parce que ça commençait à bien faire qu'on critique ses productions (dont ils ont augmenté le prix, parfois autour des 6-7€ le magazine anorexique). Il est devenu interdit de parler des magazines français (= de Future), à part Canard PC, mais on s'en fout en fait. Après avoir passé quelques années sur l'ANPE de Dagobah, les rédacteurs de Joypad ont créé Gameblog, parce qu'il n'y a aucune raison que les bobos parisiens se cantonnent au cinéma et à la musique, mais bon là aussi, on s'en fout.

On croyait enfin la presse écrite morte et enterrée, mais c'est alors que "H Falcon" lance Gamefan et Retrogame, pour surfer sur le hype-folie retro. Cette publication est assurée par des geeks de la pire espèce, incapables d'engager un correcteur d'orthographe, remplissant 95% (Hit d'or) des pages en minuscules caractères, tout ça pour ne rien dire. Au bout d'un moment, les deux mags ont claqué, mais H Falcon proposa un cross over avec Joypad...

La suite au prochain numéro, qui sera nettement plus drôle promis juré !



Retour à la page des chroniques




Contact - Mentions légales