Chercher
Sélectionner la rubrique:




Chercher par titre:




Chronique : Messieurs, il faut sauver la presse Française ! (Première partie)

Arnaques, fraîcheur et propreté - Par - 14 Aout 2009 23:14:53

Joypad Hors Série Numéro 10 - Spécial Rétro
Passion, innovation, imagination, plongez dans l'âge d'or du jeu vidéo

Ça faisait un bail que j'avais pas mis les pieds dans une librairie. Dès l'entrée, je me suis soudain rappelé pourquoi : deux quinqua, me regardent d'un œil méfiant, ni bonjour, ni merde. Une marée de centaines de magazines sur des sujets passionnants comme les bateaux, les animaux, le jardin, la cuisine, les maquettes. Des clients bedonnants, puant le mégot à deux mètres, prenant racines devant les divers rayons.

Déjà en sueurs devant un tel concentré de dégénérés, j'extirpe en vitesse ce numéro maudit, pour me rendre compte qu'il y a Michael Jackson sur la couverture. Quel rapport avec le jeu vidéo ? La mort du Roi de la Pop aurait elle tant bouleversé (comme Mario 128) le jeu vidéo, ou bien n'était ce qu'une énième combine marketing ? L'avenir ne le dira pas, car il n'y a malheureusement pas besoin d'autant de temps pour comprendre.

A la caisse, ayant attendu cinq minutes derrière un vieux pécheur débitant des banalités effarantes au caissier, j'en profitais pour regarder les sucreries sur le côté, et je vis alors un Mars à 1,20€. A mon tour de passer à la caisse, je me rendais compte que ce "spécial rétro" coutait la bagatelle de SEPT EUROS CINQUANTE SA RACE. Un rapide calcul inutile m'apprendra que j'aurais pu acheter six Mars à la place. Évidemment, ni aurevoir, ni merde.

Mais attaquons nous maintenant au mag' en lui même, et on va bien rigoler, croyez moi.

Edito, morceaux choisi :
a écrit :
Chers promeneurs, oublions la crise, laissons la récession à ses pourcentages, et arrêtons ce temps qui cavale, à s'en essouffler parfois.


C'est beau, on dirait du Francis Lalane.

a écrit :
Joypad vous propose ce hors-série, comme réveil insolite sur un matin paisible, avec la faim retrouvée d'une bonne tartine d'authenticité.


... avec l'ami Ricorééé


a écrit :
Car le jeu vidéo dit "rétro" a cette belle faculté de nous conduire hors des autoroutes formatées, sur quelques pistes abandonnées aux pixels encore gouleyants.


Remarquons que le mot "formaté" n'est apparu qu'avec l'arrivée de la Playstation. Avant, tous les jeux étaient frais et innovants, le jeu rétro c'est fabuleux, pouet pouet.

a écrit :
Tron 2 et Ghostbusters 3 sont prévus prochainement sur nos écrans, : pas de doute, le rétro est une valeur montante qui confirme son retour en force.


Demain il fera 28°C à Ajaccio : aucun doute, le rétro revient !

a écrit :
Vous voilà donc devenu Alice au Pays des Merveilles, parés (ndlr : pourtant si je suis devenu Alice, c'est plutôt paréE, menfin) pour les plus âgés d'entre vous de cette bonne candeur d'antan que vous aviez fait foi de ranger votre Megadrive, votre Super Nintendo, et vos années 80.


J'aime bien les années 80, mais la SNES et la Megadrive, c'est plutôt les années 90, en fait.

a écrit :
Les consoles nouvelles générations et les mobiles s'alimentent de jeux à tendance rétro.


Comme MGS4 avec ses textures et animations rétro, amirite ?

a écrit :
Vous avez validé votre ticket ? Vous pouvez désormais gambader comme bon vous semble dans ces pages aux routes multiples et au gré des quatre vents. Bon voyage...


Le ticket à 7€50, même une semaine à Disneyland c'est moins cher. Sinon comment fait on pour gambader au gré des quatre vents ? Bonne question.

Quand j'ai voulu savoir qui avait pondu ce qui aurait pu être le meilleur one man show de l'année, je vois un gros La rédaction en signature. Ne soyez pas timides, n'ayez pas honte, affirmez vous !

Vous rendez vous compte que je n'en suis encore qu'à l'édito et que je suis déjà plié de rire ? Ça promet. Vient ensuite le sommaire, qui même lui me fait rire.

a écrit :
Strider page 64
Flash Back page 28
Interview avec David Perry page 38
Dossier page 42
Moonwalker page 60


Mais quel est donc le chiffre complémentaire ? Le 6, le 35, le 21 ? Se passe-t-il autre chose dans le magazine que ces cinq dossiers ? Tant de questions sans réponse, et j'en suis à la page 4.

Passons aux news, avec les expressions à la AHL, au pays de l'oncle Sam, dans la langue de Shakespeare, sans passer par la case et les jeux de mots pourris, Shoot qui peut. J'en arrive à me demander s'il existe un générateur automatique de banalités dans ce genre de style flasque, ou bien s'il existe des camps d'entrainements pour apprendre ce genre de prose.

On apprend également que le géant Nintendo n'en finit plus d'enchaîner les actions coup de poing ! car la compagnie des artisans du jeu vidéo annonçait il y a quelques temps que la Virtual Console pouvait maintenant faire tourner les jeux arcades. Sacrebleu, saperlipopette, j'en perds mon dentier salopiaud ! Les jeux sont apparemment issus de salles enfumées... (la drogue dans le milieu de la presse fait des ravages) et que l'on croyait hier que Mappy ne pouvait pas tourner sur des consoles de salon. Les troll anti wii ont même envahi Joypad : il n'y avait quand même pas beaucoup de doute sur le fait que la Wii puisse faire tourner Mappy. En tout cas, merci Nintendo, je suis sur que tous les utilisateurs de Mame vont tout de suite abandonner leur émulateur et profiter du 50 hertz, du YUV qui marche pas, des prix exorbitants, du online inexistant, et du zonage. Cela dit, l'article ne parle pas de ces problèmes, faute de place je suppose.

Mais il y a mieux après, car le rétro, c'est aussi du son. Et là on se dit VITE VITE BUZZER, c'est bon, j'ai étudié ma leçon avec Professeur Tchiko, je sais quoi répondre, Turrican, Thunder Force, F Zero X, et puis des jeux de Psygnosis. Et ba non, et paf ! Coup de théatre. Les gagnants sont Street Fighter 4, Megaman 9 et le Video Game Lives !
J'avoue, j'exagère, ils parlent de Gradius, Super Adventure Island, Phantasy Star et quelques autres aussi. Disons que c'est drôle de voir Street Fighter se pavaner en tête des "ost retro", quand on nous la présente de cette manière :

a écrit :
Un florilège de 59 pistes techno, dance, pop, synthétique dérangée - mais franchement stylée - et autre tecktonik hyperactive accompagnent les musiques de la Chine (Chun Li) ou du Brésil (Blanka) qui conservent tout l'esprit de Street Fighter.


Super, un CD de tecktonik, j'en ai rêvé, Capcom l'a fait !

Je tourne la page et là :



(J'avoue, c'est pas le même artwork, mais j'ai pas réussi à retrouver le même, damn you Falcon !)

Mais qu'est ce que ? Qui a pensé que c'était une bonne idée d'agrandir un artwork de 300 pixels sur 400 à dix fois sa taille ? Surtout quand il existe le même genre d'artwork en haute résolution... Est ce que les maquettistes ont fait comme moi, avec Paint en trente secondes ? Ou bien n'existe-t-il pas de maquettistes chez Futur... pardon Yellow Media (ils ont changé de nom pour effacer la mauvaise pub apparemment) qui dépasse le niveau d'un élève de maternelle ? Qui a donc validé ce travail ? Page 14.

Oh, mais attendez, il y a un petit encart sur le côté (sans signature, encore) :

a écrit :
L'histoire de F Zero est scénarisée et illustrée selon les codes graphiques apprenants aux "comics US" (bandes dessinées américaines nées dans les années 60 et dont l'apogée culmine dans les années 80)


Après le jeu vidéo qui est né dans les années 80, maintenant les comics sont nées dans les années 60 ? J'en apprends tous les jours grâce au rédacteur mystère de Joypad.

a écrit :
Aujourd'hui, le comic américain se rapproche largement du style manga alors qu'il restait ancré dans un graphisme classique durant les années 90


Un graphisme classique, à ranger dans le placard avec le gameplay aux petits oignons, je suppose.

Derrière, on casse allègrement le "Sega Ultimate Collection", qui sort sur PS360, parce que les titres émulés ont une banderole multicolores et qu'il manque Sonic et Knucles, alors que, souvenez vous, les titres Arcade sur Wii en 50 hertz et coutant les yeux de la tête, c'était frais et innovant. CQFD !

Je feuillette (comme si j'allais lire tous les articles de ce torchon juste pour vous faire plaisir) et là je tombe sur mon péché mignon, Chrono Trigger. Malheureusement, pas grand chose à se mettre sous la dent :

a écrit :
Le recyclage de cette icone de la Super Famicom sur DS témoigne de la bonne initiative des dirigeants de Square Enix. Bonheur !


50 € dans mes fesses, le portage en carton de la honte du RPG, Square Enix rigole de nous, pigeons. Bonheur !

a écrit :
Squaresoft n'a pas toujours été synonyme de qualité. Au cours de l'histoire de cette firme japonaise à l'appétit de multinationale, les sagas phares - Final Fantasy en tête - ont subi maintes évolutions chargées d'aberrations: pêle-mêle d'images ultramodernes, gameplay approximatif, sensibilité inexistante...


Ah, la sensibilité, une chose que seuls les plus poètes d'entre nous comprennent.

a écrit :
Rappelons que Chrono Trigger gère son identité numérique via plusieurs facteurs : design évocateur d'Akira Toriyama, voyages temporels à bord d'une machine volante, pléthore de personnages humanistes, musiques et graphismes poussant la Super Famicom dans ces derniers retranchements, grande accessibilité, fins multiples, on en passe et des meilleurs.


Traduction : Comme j'ai aucune culture, et que j'ai jamais joué à un jeu Super Nintendo après 1991, je pense que Chrono Trigger c'est le summum des graphismes de l'époque, aussi quand j'étais gosse je faisais le kaméhaméha avec les mains, et les persos sont aussi gentils que Bernard Kouchner, J'EN CHIALE

Heureusement pour ma santé mentale, je vais arrêter ici cette première partie, parce que sinon c'est trop long et faudra scroller comme un champion olympique. Vous inquiétez pas, on en est même pas au tiers du mag !

Extrait de la deuxième partie :


"Les magazines grouillent d'informations curieuses telles que des listings entiers d'hexadécimal à recopier sans faute"




Retour à la page des chroniques




Contact - Mentions légales